logo nissan avant de voiture

Nissan a annoncé une chute de 70% de ses bénéfices mardi et ramené ses perspectives pour l’année à un creux de 11 ans, le constructeur japonais continuant de faire face à une chute des ventes et à la l’éviction de l’ancien président Carlos Ghosn.

Le bénéfice d’exploitation du deuxième constructeur automobile japonais par son chiffre d’affaires s’est établi à 30 milliards de yens (250 millions d’euros) entre juillet et septembre, contre 101,2 milliards de yens un an auparavant.

Cela se comparait à une prévision moyenne de 47,48 milliards de yens selon les estimations de neuf analystes compilées par Refinitiv, et constituait sa pire performance au deuxième trimestre en quinze ans.

Nissan, dont les résultats financiers sont dans le marasme depuis près de deux ans, a ramené ses prévisions de bénéfice d’exploitation à 150 milliards de yens pour l’exercice jusqu’en mars 2020, contre 230 millions auparavant. La nouvelle prévision signifie que les bénéfices pour l’année entière seront à leur pire en 11 ans.

Un autre faible trimestre du constructeur automobile – frappé par l’arrestation de Ghosn pour inconduite financière il y a un an et des problèmes dans son entreprise nord-américaine – risque de faire peser une forte pression sur la nouvelle équipe dirigeante de Nissan lorsqu’elle prendra ses fonctions le 1er décembre.

Suite à l’éviction de Ghosn – qui nie avoir commis d’acte répréhensible -, Nissan a été minée par la chute des bénéfices, l’incertitude sur son leadership futur et les tensions avec le principal actionnaire Renault SA dont les actions ont chuté de 2% depuis avril 2013, après la déception de Nissan. orientation.

Le constructeur automobile a annoncé au cours des dernières semaines une réorganisation de ses plus hauts rangs avec de jeunes cadres, nommant le chef de son activité en Chine, Makoto Uchida, 53 ans, comme prochain directeur général, dans le but de tracer une ligne de démarcation chez Ghosn héritage.

Des années de fortes remises et de ventes de flotte, notamment aux États-Unis, ont laissé à Nissan une image de marque moins chère, une valeur de revente de véhicules aussi faible que des bénéfices accrus.

Le constructeur met actuellement en œuvre un plan de relance mondial dans le cadre duquel il éliminera près d’un dixième de ses effectifs et réduira de 10% sa production mondiale de véhicules d’ici 2023, afin de maîtriser les coûts qui avaient déjà explosé lorsque Ghosn était président-directeur général.

PARTAGER