Elon musk et Donald Trump

Elon Musk a remercié le président Donald Trump d’avoir approuvé sa réouverture de la seule usine automobile de Tesla Inc. aux États-Unis , un jour après que le PDG a reconnu publiquement qu’il risquait d’être arrêté pour avoir défié un ordre du comté.

 

« La Californie devrait laisser Tesla & @elonmusk ouvrir l’usine, MAINTENANT », a écrit Trump dans un tweet mardi. « Cela peut être fait rapidement et en toute sécurité! »

Musk, qui a déclaré lundi que Tesla redémarrerait la production dans son usine de Fremont, en Californie, et a ignoré les responsables du comté qui ont ordonné à la société de fermer l’usine, a répondu avec satisfaction quelques heures plus tard.

Les agents de santé du comté d’Alameda et de six autres municipalités de la région de la baie de San Francisco ont décidé fin avril de prolonger leurs restrictions sur les entreprises jusqu’à la fin mai. Alors que le gouverneur Gavin Newsom a annoncé la semaine dernière qu’il autoriserait la réouverture des fabricants dans certaines parties de l’État à partir du 8 mai, il a également déclaré que les autorités locales pourraient maintenir des mesures plus strictes.

 

Pendant la nuit, Musk a envoyé un e-mail aux employés: «Je voulais juste vous envoyer une note d’appréciation pour avoir travaillé dur pour assurer le succès de Tesla. C’est tellement cool de voir l’usine reprendre vie et vous y parvenez !! » il a écrit dans le message vu par Bloomberg News.

Lorsqu’on lui a demandé sur Twitter comment s’est passé lundi à l’usine, Musk a répondu mardi: « Génial. »

Deux travailleurs qui sont retournés au travail à l’usine ont déclaré qu’ils devaient regarder une vidéo de formation à la sécurité. L’un d’eux a déclaré que l’entreprise avait distribué des masques et installé des stations en plexiglas dans la salle de pause. Un autre a déclaré que des rideaux en plastique pendaient au plafond comme des barrières pour maintenir les travailleurs séparés les uns des autres, et que le constructeur automobile prend la température des employés à l’aide de scanners thermiques.

 

Les paroles d’encouragement envoyées par Musk au personnel ont suivi des tweets dans lesquels il a affirmé que Tesla déplacerait son siège et ses futurs programmes au Nevada ou au Texas et pourrait même cesser de fabriquer en Californie. Pour donner suite à ces menaces, le PDG devrait déraciner bon nombre des quelque 20 000 employés du constructeur automobile dans la région de la baie de San Francisco. Environ la moitié des effectifs de l’entreprise se trouvent à l’usine.

Il a écrit samedi que Tesla déciderait de poursuivre ou non la fabrication à Fremont en fonction de la façon dont Tesla serait traitée à l’avenir.

Après avoir triomphé d’une action en diffamation et être sorti le plus souvent indemne d’une dispute avec la Securities and Exchange Commission l’année dernière, Musk mène une autre bataille juridique. Cette fois, il s’embrouille avec des responsables de la santé sur des mesures pour contenir un virus qu’il a minimisé à partir de janvier.

Musk a affirmé que COVID-19 n’était pas une maladie virale, appelée panique à ce sujet « stupide » et les taux de mortalité théoriques sont surestimés. Il a également promu les médicaments antipaludiques adoptés par le président Donald Trump qui ne se sont pas révélés efficaces et a prédit à tort que de nouveaux cas seraient proches de zéro d’ici la fin avril.

Tesla a envoyé à Alameda un nouveau plan pour répondre aux critères de réouverture lundi, et le comté est en train de l’examiner, a déclaré mardi un porte-parole. Dans un communiqué publié lundi, Alameda a déclaré que l’usine de Fremont fonctionnait au-delà de ce qui était autorisé et qu’elle espérait que l’entreprise «se conformerait sans autres mesures d’application».

PARTAGER